REVUE SPIRITE JOURNAL D'ETUDES PSYCHOLOGIQUES - 1865

Allan Kardec

Retour au menu
Le périsprit décrit en 1805

Extrait de l'ouvrage allemand : Les Phénomènes mystiques de la vie humaine, par Maximilien Perty, professeur à l'université de Berne. Leipzig et Heidelberg, 1861. Sous le titre de : « Apparition réelle de ma femme après sa mort, - Chemnitz, 1804, » - le docteur Vœtzel publia un livre qui causa une assez grande sensation dans les premières années de ce siècle. L'auteur fut attaqué dans plusieurs écrits ; Wieland surtout le tourne en ridicule dans l'Enthanasia. Pendant une maladie de sa femme, Wœtzel avait demandé à cette dernière de se montrer à lui après sa mort. Elle lui en fit la promesse, mais plus tard, à sa prière, son mari la lui rendit. Cependant, quelques semaines après sa mort, un vent violent sembla souffler dans la chambre quoique fermée ; la lumière fut presque éteinte ; une petite fenêtre dans l'alcôve s'ouvrit, et, à la faible clarté qui régnait, Wœtzel vit la forme de sa femme qui lui dit d'une voix douce : « Charles, je suis immortelle ; un jour nous nous reverrons. » L'apparition et ces paroles consolantes se renouvelèrent plus tard une seconde fois. La femme se montra en robe blanche sous l'aspect qu'elle avait avant de mourir. Un chien qui n'avait pas bougé à la première apparition se mit à frétiller et à décrire un cercle comme autour d'une personne de connaissance.

Dans un second ouvrage sur le même sujet (Leipzig, 1805), l'auteur parle d'invitations qui lui auraient été adressées de démentir toute l'affaire, « parce qu'autrement beaucoup de savants seraient forcés de renoncer à ce que, jusque-là, ils avaient cru être des opinions vraies et justes, et que la superstition y trouverait un aliment. » Mais il avait déjà prié le conseil de l'Université de Leipzig de lui permettre de déposer un serment juridique à ce sujet. L'auteur développe sa théorie. Suivant lui, « l'âme, après la mort, serait enveloppée d'un corps éthéré, lumineux, au moyen duquel elle pourrait se rendre visible ; qu'elle pourrait mettre d'autres vêtements par-dessus cette enveloppe lumineuse ; que l'apparition n'avait pas agi sur son sens intérieur, mais uniquement sur ses sens extérieurs. »

A cette explication il ne manque, comme on le voit, que le mot périsprit. Toutefois Wœtzel est dans l'erreur quand il croit que l'apparition n'a agi que sur ses sens extérieurs, et non sur le sens intérieur ; on sait aujourd'hui que c'est le contraire qui a lieu ; mais il a peut-être voulu dire qu'il était parfaitement éveillé, et non en état de rêve, ce qui probablement lui a fait croire qu'il avait perçu l'apparition par la seule vue corporelle, attendu qu'il ne connaissait ni les propriétés du fluide périsprital, ni le mécanisme de la vue spirituelle.

Au reste, en lisant le savant ouvrage de M. Pezzani, sur la Pluralité des existences, on a la preuve que la connaissance du corps spirituel remonte à la plus haute antiquité, et que le nom de périsprit est seul moderne. Saint Paul l'a décrit dans la première aux Cor., ch. xv. Wœtzel l'a reconnu par la seule force de son raisonnement. Le Spiritisme moderne l'ayant étudié dans les faits nombreux qu'il a observés, en a décrit les propriétés, et déduit les lois de sa formation et de ses manifestations.

Quant à ce qui concerne le chien, cela n'a rien de surprenant ; plusieurs faits semblent prouver que certains animaux sentent la présence des Esprits. Dans la Revue Spirite de juin 1860, page 171, nous en citons un exemple qui a une remarquable analogie avec celui de Wœtzel. Il n'est même pas positivement prouvé qu'ils ne puissent les voir. Il n'y aurait rien d'impossible à ce qu'en certaines circonstances, par exemple, les chevaux qui s'effraient et refusent obstinément d'avancer sans motif connu subissent l'effet d'une influence occulte.

Un nouvel œuf de Saumur


Saumur est, à ce qu'il paraît, fécond en merveilles ovipares. On se rappelle qu'au mois de septembre dernier, une poule, native de cette ville et domiciliée rue de la Visitation, pondit des œufs miraculeux, sur la coquille desquels on voyait en relief, et nettement dessinés, des objets de sainteté et des inscriptions. Cela fit grande sensation dans un certain monde, et excita la verve railleuse des incrédules ; l'Echo saumurois, entre autres, s'en égaya fort. La foule se porta sur les lieux ; l'autorité s'en émut, et l'on préposa un gendarme à la garde de la poule pour attendre l'événement. Nous ne répéterons pas le spirituel récit et la non moins judicieuse explication qu'en a donnés le Sauveur des Peuples de Bordeaux, du 18 septembre 1864, auquel nous renvoyons nos lecteurs pour les détails circonstanciés de l'affaire.

Dernièrement un de nos abonnés de Saumur nous a remis un autre œuf phénoménal, originaire de la même ville, avec prière de vouloir bien examiner la bizarrerie qu'il présente, bien qu'il n'y eût ni dessins ni inscriptions ; non qu'il crût à un prodige, mais au contraire pour avoir notre opinion, afin de l'opposer aux gens trop crédules en matière de miracles, car il paraît qu'à la suite de ce qui s'était passé, cet œuf avait également produit une certaine sensation dans le public. Nous ne savons s'il est de la même poule. Voici ce dont il s'agit.

L'œuf présente à sa pointe une excroissance en forme de gros cordon retourné sur lui-même, de la même nature que la coquille et y adhérant dans toute sa longueur, qui est de 6 à 7 centimètres. Il suffit de connaître la formation des œufs pour se rendre compte de ce phénomène. On sait que l'œuf est d'abord formé d'une simple membrane semblable à une vessie, dans laquelle se développent le blanc et le jaune, germe et nourriture du futur poulet. Il en est parfois qui sont pondus dans cet état. Avant la ponte, cette pellicule se couvre d'une couche de carbonate de chaux qui forme la coquille. Dans le cas dont il s'agit, le contenu n'étant pas suffisant pour remplir la membrane vésiculaire, il en est résulté que la partie vide formant col de vessie est restée contractée, puis s'est rabattue en se tortillant sur le corps même de l'œuf. Le dépôt calcaire, s'étant formé après, a durci le tout, ce qui a donné lieu à cette excroissance anormale. Si toute la capacité eût été remplie, l'œuf eût été monstrueux pour un œuf de poule, car il aurait eu environ 10 centimètres dans son plus grand diamètre, tandis qu'il a une grosseur ordinaire.

Quel rapport tout cela a-t-il avec le Spiritisme ? Absolument aucun. Si nous en parlons, c'est parce que ses détracteurs ont voulu mêler son nom dans la première affaire, nous ne savons vraiment à quel titre, si ce n'est, selon leur habitude, de chercher toutes les occasions de le ridiculiser, même dans les choses qui lui sont le plus étrangères. Nous avons voulu prouver une fois de plus que les Spirites ne sont pas aussi crédules qu'on veut bien le dire. Dès qu'un phénomène insolite se présente, ils en cherchent avant tout l'explication dans le monde tangible, et ne mêlent pas les Esprits à tout ce qui est extraordinaire, parce qu'ils savent dans quelles limites et selon quelles lois s'exerce leur action.

Articles connexes

Voir articles connexes
Attendez un moment, s'il vous plaît, chargement en cours...