REVUE SPIRITE JOURNAL D'ETUDES PSYCHOLOGIQUES - 1865

Allan Kardec

Retour au menu
Fable


Par une de ces nuits sereines du printemps,

Qui font briller aux cieux tant de feux éclatants,

Quelques bons bourgeois de la ville

Discouraient, cheminant d'un pas lent et tranquille,

Sur les spacieux boulevards.

Chacun d'eux, tour à tour, élevait ses regards

Du sol à la céleste voûte,

Et vous pensez sans doute

Que le thème de leurs discours

Roulait sur la puissance éternelle, infinie,

Qui soumet tous ces corps aux lois de l'harmonie ?

Non : ils donnaient un autre cours

A leurs pensers ; la hausse ou la baisse à la Bourse,

Les récoltes, leur prix, étaient l'unique source

Où s'alimentait leur esprit,

Quand l'un d'eux s'arrêtant, reprit,

Comme frappé d'une stupeur subite :

« Que vois-je ? se peut-il ? une étoile s'agite !

Elle s'élève… elle descend ! »

Et se frottant les yeux : « Que dis-je,

Une étoile… ? Je crois, ma foi, que le prodige,

A moins que je ne fasse un rêve, va croissant ;

Une, deux, trois et même quatre étoiles

Se meuvent et dansent sans bruit ;

Mystère étrange, que la nuit

Semble se plaire à couvrir de ses voiles ! »

Et l'esprit des bourgeois, dont l'œil étonné suit

Les phases de ce phénomène,

En vain, pour l'expliquer, se creuse, se démène ;

Le hasard seul les y conduit.

Ils marchent, et leur front se heurte à des ficelles

Qui retiennent chacune en l'air un cerf-volant

Orné d'un fanal vacillant

Au souffle des brises nouvelles ;

Et des bambins, auteurs de ce fait merveilleux,

Jasaient, riaient à deux pas d'eux.


Que dirent-ils après cette double surprise,

Après ce désenchantement ?

Que tous les feux du firmament

Ne sont qu'un artifice, œuvre de la sottise,

Pour jeter les niais dans l'ébahissement.

Aussi, que l'horizon se pourpre, se colore,

Et revête la nuit d'un jour mystérieux ;

Que la flamme d'un météore

Resplendisse soudain sur le fond noir des cieux ;

Qu'une étoile filante en vives étincelles

Sillonne les champs de l'éther,

Ces bons bourgeois, les yeux et les deux bras en l'air,

Vont partout cherchant des ficelles.

La vérité toujours a sa contrefaçon :

A nous de distinguer, par la comparaison,

Le vrai de la supercherie.

Le scepticisme, ému, crie à la jonglerie

Devant des faits sujets d'une éternelle loi.

Pour juger sainement des effets et des causes,

Il manque au sceptique deux choses :

Un peu de modestie, - et de la bonne foi.



C. Dombre, de Marmande.

Articles connexes

Voir articles connexes
Attendez un moment, s'il vous plaît, chargement en cours...