REVUE SPIRITE JOURNAL D'ETUDES PSYCHOLOGIQUES - 1865

Allan Kardec

Retour au menu
Inspiration d'un ci-devant incrédule à propos du Livre des Esprits, par le docteur Niéger.

27 décembre 1864.



Tel cet infortuné, victime d'un naufrage,

Au milieu des débris se sauvant à la nage,

Brisé par la fatigue et perdant tout espoir,

Adressant au pays qu'il ne doit plus revoir

Un dernier souvenir, et priant pour son âme ;

Quand soudain sur la vague apparaît une flamme

D'une terre inconnue indiquant les abords,

Le pauvre naufragé redouble ses efforts,

Et bientôt, abordant la rive tutélaire,

Au Seigneur tout d'abord adresse une prière,

Et, sentant désormais en lui naître la foi,

Promet à son Sauveur d'obéir à sa loi !

Tel je sentis un jour, en lisant votre ouvrage,

Dans mon cœur désolé renaître le courage.

Longtemps préoccupé de chercher les secrets

De l'organisme humain, je voyais des effets,

Mais ne pouvais saisir une cause inconnue

Qui semblait pour jamais échapper à ma vue.

Votre livre, en m'ouvrant des horizons nouveaux,

Vint sur-le-champ donner un but à mes travaux.

J'y vis que jusqu'alors j'avais fait fausse route,

Et la foi dans mon cœur dut remplacer le doute.

L'homme, en effet, sortant des mains du Créateur,

Ne peut être ici-bas jeté pour son malheur,

Car une sainte loi, par Dieu même donnée,

De l'univers entier règle la destinée !

Son nom, c'est le progrès, et c'est pour l'accomplir

Que les hommes entre eux doivent se réunir.

Quel merveilleux tableau, que de brillantes pages,

Dans ce livre qui suit l'homme à travers les âges,

Qui montre tout d'abord les premiers des humains,

Demandant le bien-être au travail de leurs mains !

L'instinct seul, dira-t-on, le guidait dans la vie !

Oui ! mais l'instinct plus tard deviendra le génie.

L'homme en lui sentira naître le feu sacré,

Et, par l'esprit du bien toujours mieux inspiré,

Du démon terrassé brisant la lourde chaîne,

A grands pas désormais marchera dans l'arène.

Là, sur un frêle esquif, de hardis matelots

De la mer en fureur vont affronter les flots.

Ils s'élancent… Soudain la vague redoutée

Devant un tel défi recule épouvantée.

Là, de l'aigle imitant le vol audacieux,

On voit l'homme essayer de monter jusqu'aux cieux !

Plus loin, sur un rocher, son incroyable audace

Des profondeurs du ciel ose sonder l'espace ;

De l'immense univers il découvre la loi,

Et du monde bientôt devient l'unique roi !

Là ne s'arrête pas son ardeur incroyable :

Dans un tube enfermant la vapeur indomptable,

Il s'avance monté sur ce dragon de feu ;

Les plus rudes travaux ne sont pour lui qu'un jeu ;

Imprimant en tous lieux la trace du génie,

Où dominait la mort, il fait naître la vie.

Il semblerait qu'ici va finir son essor ;

Mais l'inflexible loi demande plus encor,

Et nous verrons bientôt ce maître de la terre

A la nue enflammée arrachant le tonnerre,

En docile instrument transformant sa fureur,

En faire de la poste un humble serviteur !

Ainsi donc pas de borne à la science humaine.

A l'homme Dieu donna l'univers pour domaine ;

C'est à lui de chercher, par de constants efforts,

Du corps et de l'Esprit les merveilleux rapports.

C'est à lui, s'écartant de la route battue,

De dégager enfin la brillante inconnue

Qui depuis si longtemps se cache à son regard.

Levons donc du progrès le brillant étendard ;

Abordons sans tarder la vaste carrière

Ouverte à nos efforts… L'amour et la prière :

Voilà les mots sacrés inscrits sur nos drapeaux !

Sous cette égide, amis, poursuivons nos travaux.

S'il nous fallait un jour succomber dans la lutte,

Nous demandons, Seigneur, que du moins notre chute

Inspirant à nos fils le courage et la foi,

Ils assurent enfin le règne de ta loi.


Articles connexes

Voir articles connexes
Attendez un moment, s'il vous plaît, chargement en cours...