REVUE SPIRITE JOURNAL D'ETUDES PSYCHOLOGIQUES - 1865

Allan Kardec

Retour au menu
Très chers et très honorés frères en croyance,

Une circonstance récente a fourni à nos adversaires l'occasion de renouveler contre notre doctrine des attaques qui ont dépassé en violence ce qui avait été fait jusqu'à ce jour, et de déverser sur ses adeptes le sarcasme, l'injure et la calomnie. L'opinion de quelques personnes a pu être un instant égarée, mais les protestations verbales ou écrites ont été si générales, qu'elle revient déjà de son erreur. Tous vous avez compris que le Spiritisme est assis sur des bases trop inébranlables pour en recevoir aucune atteinte, et que cette levée de boucliers ne peut qu'aider à le faire mieux comprendre et à le populariser.

C'est le propre de toutes les grandes vérités de recevoir le baptême de la persécution ; les animosités que le Spiritisme soulève sont la preuve de son importance, car, si on le jugeait sans portée on ne s'en préoccuperait pas. Dans le conflit qui vient d'être soulevé, tous les Spirites ont conservé le calme et la modération qui sont les signes de la véritable force ; tous ont soutenu le choc avec courage ; nul n'a douté du résultat, et soyez persuadés que cette attitude, à la fois digne et ferme, opposée aux invectives et à l'acrimonie du langage de nos antagonistes, ne laisse pas de faire réfléchir et de peser d'un grand poids sur l'opinion. Le public impartial ne s'y méprend pas ; sans même prendre fait et cause pour l'un ou pour l'autre, une secrète sympathie l'attire vers celui qui, dans la discussion, sait conserver sa dignité ; la comparaison est toujours à son avantage ; aussi ces derniers événements ont-ils conquis de nombreux partisans au Spiritisme.

Dans cette circonstance, la Société de Paris est heureuse d'offrir à tous ses frères de la France et de l'étranger ses félicitations et ses sincères remerciements. Dans les nouvelles luttes qui pourront avoir lieu, elle compte sur eux, comme ils peuvent compter sur elle.

Recevez, messieurs et chers frères, l'assurance de notre entier et affectueux dévouement.

Pour les membres de la Société,

le président, Allan Kardec.

(Voté à l'unanimité dans la séance du 27 octobre 1865.)




Articles connexes

Voir articles connexes
Attendez un moment, s'il vous plaît, chargement en cours...